Je ne suis pas de nature stressée (pas assez diraient ma maman et ma belle-maman qui trouvent horripilantes ma façon de trouver tout "pas grave" - sauf ce qui touche à mes enfants, évidemment!), mais le départ pour Haïti dans 2 jours commence à me faire de beaux noeuds dans l'estomac! 

Et ce n'est pas seulement parce que nous trimballons 4 sacs de hockey grand format (dont 3 contiennent des souliers, quelques vêtements et 3 ballons de soccer - quelqu'un veut parrainer un ballon ? On indiquera le nom du généreux donateur sur le ballon, 18$ seulement pour former une équipe de soccer dans un petit village haïtien ;-)).  4 gros sacs, 4 adultes et... une auto.  Trouvez l'erreur... Mais cà me crèverait le coeur de ne pas profiter de ce voyage pour amener le maximum de sacs permis sur l'avion!  On verra bien rendu là-bas. 

Ce n'est pas non plus seulement parce que, de tous mes voyages, ce sera le plus aventureux!  Pas une semaine dans un hôtel de luxe à Port-au-Prince comme les deux autres voyages.  On parle plutôt de quelques nuits dans un hôtel budget à Port-au-Prince entrecoupées d'un saut en avion jusqu'à Roche-à-Bateau, près des Cayes, au Sud-Ouest, où nous resterons deux nuits, le temps de voir "mon" école, et ensuite d'un autre saut (après être revenus à Port-au-Prince, en avion toujours), cette fois de 4 heures d'auto, vers les Gonaïves, vers le Nord, où  nous irons voir "notre" orphelinat pour quelques heures avant de revenir vers Port-au-Prince avec arrêt dodo dans un super hôtel de luxe où résident bien des coopérants humanitaires (heu.... à 150-200$ la nuit, pas surprenant que les organismes humanitaires aient besoin de dons, oups, vilaine moi!). Les deux derniers jours, nous sillonnerons autour de Port-au-Prince (un peu de magasinage de souvenirs, pourquoi pas?) et retour à la maison le mardi 16 janvier, déjà.  Où je retrouverai ENFIN mon beau Manu, parti depuis le 18 décembre...

Il y'a aussi ma "mission" officielle que j'espère être capable de réaliser : prendre des photos de tous les timoun à parrainer et des endroits (orphelinat, école...) que nous voulons développer.  Dans ce but, j'ai réquisitionné tous les appareils-photos de la maison (sauf mon gros Rebel, trop encombrant), chargé une dizaine de batteries rechargeables et acheté une douzaine d'autres batteries jetables (impossible de compter sur l'électricité là-bas pour recharger mes batteries!), et j'amène des cartes-mémoires pouvant contenir un total de 10 gigs de photos et vidéos.  Avec cà, je devrais être "en business"!

On rajoute le stress d'amener fiston dans un environnement difficile, le stress de m'amener moi-même, le stress de tomber malade (aie, faut pas!), et tous les petits stress inhérents à un voyage de ce type.  Alors, oui, je stresse légèrement...

Mise à jour, 16h24 : je viens de recevoir un téléphone du couple haïtien avec qui nous voyagerons.  Ils sont là-bas depuis un mois et seront à l'aéroport à notre arrivée.  Ils m'ont demandé d'amener des dictionnaires et m'ont assuré que tout allait bien là-bas, niveau sécurité.  Cà devient de plus en plus concret!!