Des photos qui en ont ému plusieurs et qui me font encore mal au coeur...

IMG_3746_1IMG_3750

Cette petite fille ci-haut est condamnée.  Trop petite, trop malade, elle est atteinte de kwashiorkor, une maladie très grave et potentiellement mortelle, comme Catherine l'a bien expliqué dans son dernier travail pour l'école (les photos de son vidéos ont été prises sur Internet) :

Cela nous fend le coeur à Jacques et moi mais nous ne pouvons rien faire pour cette enfant.  Sa mère en a 4 autres, elle est jeune, elle continuera à en avoir et la plupart mourront avant d'avoir 10 ans, comme bien des enfants en Haïti.  Nous ne savons pas son nom,  il faudrait aller vivre là-bas un mois ou deux pour essayer de régler la situation et,  pendant ce séjour, nous verrions des dizaines, des centaines d'enfants comme elle... 

J'ai de la peine aussi pour ces petites restaveks, enfants-esclaves souvent maltraitées par leur patronne, qui dorment sous la table et sont nourries comme les chiens. Petites filles au regard éteint, sans espoir.  Il ne faut pas trop penser en Haïti, on pleurerait sans cesse...

Et ces jeunes que j'ai rencontrés à l'orphelinat aux Gonaïves, fougueux, heureux, instruits, brillants!  Quel avenir les attend quand ils auront 18 ans et qu'ils seront lâchés à eux-mêmes dans une ville perdue, détruite?  Leur seul espoir : l'école de métiers mais serons-nous capables de la réaliser?  Et quand?  Comment? 

Tant de questions, tant de besoins, tant de doutes, tant de chagrin...