Hé oui, cà a pris du temps, mais me revoilà.  J'ai été obsédée par Haïti depuis 3 semaines, à en oublier parfois de manger et de dormir, à pleurer de temps en temps, à me sentir tellement impuissante, à vivre de faux espoirs (j'ai failli y aller deux fois les dernières semaines), à m'enrager devant les absurdités et les maguilles politiques et unicefiennes, à hanter toutes les nouvelles jusqu'à ce qu'elles me hantent...

Comme tout le monde, on se sent complètement démuni, on n'arrive pas à imaginer comment ils pourront s'en sortir un jour, s'en relever.  Qu'ils chantent encore et qu'ils prient encore reste un mystère incroyable pour nous, occidentaux qui sommes découragés par le moindre petit accroc à notre vie bien rangé, qui ne croyons plus en Dieu pour toutes sortes de raisons matérialistes, existentialistes, bassement pratico-pratiques (plus le temps!), qui  nous suicidons à un taux effarant quand on pense à notre vie relativement facile comparé à la majorité des humains sur terre, etc.  Je regarde ces enfants, ces malades, ces nouveaux handicapés, ces nouveaux pauvres, tout ce peuple aux poumons meurtris, aux blessures innombrables, autant internes qu'externes, toutes ces générations et ces niveaux de classe confondues qui sont condamnés parce que, non, on n'arrivera pas à sauver 900 000 enfants abandonnés, on n'arrivera pas à soigner tous ces malades qui mourront d'une coupure infectée ou d'une infection pulmonaire, sans parler des bébés qui ne survivront pas à des diarrhées, à des infections qui seraient bénignes ici, qui mourront simplement de faim et de soif tous seuls au coin d'une rue ou oubliés dans un camp. 

Je ne connais pas de solution, je crois que personne n'en connait une, même le gouvernement le plus puissant et le plus riche est complètement dépassé par l'ampleur de cette tragédie.  Je n'ose penser à l'hécatombe des prochains jours, des prochaines semaines, des prochains mois, parce qu'on ne saura pas quoi faire pour l'empêcher... Oui, Haïti se relèvera, oui, je crois qu'elle sera plus belle et plus forte, parce que son peuple est fier et fort, mais au prix de combien de vies, de combien de souffrances, c'est inimaginable et déchirant.

On ne pourra sauver des milliers de personnes, alors il faudra y aller avec nos moyens.  Et même si nous ne sommes pas Bill Gates, même si nous ne sommes pas sur place à soigner, amputer, consoler, reconstruire, nous pouvons faire notre part, et nous avons un magnifique outil entre nos mains, plus efficace qu'une pelle et qu'une pioche pour reconstruire Haïti : le parrainage.   Il y'a des enfants qui ont survécu, qui sont avec leurs familles, qui ont tout le potentiel de devenir de grands hommes et de grandes femmes et de faire de grandes choses pour leur pays..  Ils ont seulement besoin d'un coup de pouce et nous pouvons les aider.  Je crois fermement que, plus que l'adoption, plus que l'aide à court-terme, le parrainage est un moyen efficace et facile de sauver Haïti et c'est pour cette raison que je vais m'y consacrer les prochaines semaines, ayant la chance de connaître une Fondation extraordinaire en Haïti qui s'occupe d'envoyer des enfants à l'école et de leur fournir deux repas par jour.  Imaginez si le monde entier s'y met, si chaque famille parrainait un enfant, quelle façon extraordinaire d'aider un pays que de former une relève! 

Toutes les informations pour le programme sont ici (section parrainage) :
http://www.soleildesnations.org/francais/index.html

Fini de pleurer, il faut agir!