JEUDI 8 JANVIER

J’écris de notre chambre à Roche à Bateau. Eh oui, en effet, on entend bien les vagues…et les coqs…et les chiens…et la chèvre… et le cochon égorgé tôt ce matin! Les Gravols nous ont quand même aidés à dormir un peu, heureusement. Réveil brutal sous la piqure de fourmis rouges qui , je le découvre, se promènent en longue procession de la fenêtre au plancher, à la tête de mon lit…

Nous profitons de la lumière matinale pour découvrir un peu plus notre environnement, étant arrivés dans la nuit hier soir. Bien sûr, c’est la mer qui nous attire et, surtout, les scènes bucoliques qui se déroulent devant nous, alors que les marchandes se dirigent vers le marché hebdomadaire de Roche à Bateau, à quelques centaines de mètres de la maison.

IMG_3711_1 IMG_3717_1

IMG_3721_1

François découvre rapidement les inconvénients d’être de la « mauvaise » couleur et de faire partie de la minorité très visible. Nous attirons tous les regards et les jeunes curieux collent à nos basques dès que nous mettons le nez dehors. 

Nous déjeunons tranquillement de gruau et de pain beurré. Et de bon café haïtien, bien fort.  Renette a dû fortifier les murs entourant sa maison en rajoutant des barbelés et de la vitre cassée sur le dessus, les enfants du village n’hésitant pas à grimper sur le mur pour les observer à longueur de journée…

IMG_3723_1

Comme nous prévoyons manger du poisson à midi, il nous faut aller l’acheter frais pêché au marché. L’excitation de vivre un tel évènement est vite remplacée par l’agacement et le malaise d’être dévisagés et interpellés sans arrêt, surtout par les enfants « blanc, blanc! ». François demande rapidement grâce et nous nous dépêchons de lui trouver des sandales avant de sortir de cette foule harcelante. J’ai aussi acheté une jolie robe soleil réversible parmi les nombreux vêtements usagés offerts par les marchandes. Nos bagages ne sont pas encore arrivées et nous ne sommes pas sûrs de les avoir un jour! Je ne regretterai d’ailleurs pas mon achat, ce sera le vêtement le plus pratique et le plus porté de mon voyage…


Avant de rentrer dans la maison de Renette, François prend un bain de mer pendant que je l’attend, assise sur la plage en compagnie de 4-5 jeunes garçons curieux mais amicaux.

IMG_3736 IMG_3738_1

Je vais visiter l’école et la maison des personnes âgées dont Renette s’occupe. Nous rencontrons ses protégés, dont l'un, aveugle, est accompagné par sa toute petite femme triste qui s'occupe de lui jour et nuit. Quelle tristesse! 

IMG_3762_1

Je n’en crois pas mes yeux quand Renette me montre une minuscule pièce où dorment un couple et ses 7 enfants! Et où s’est rajoutée une maman squatteuse et sa toute petite fille, visiblement en état de malnutrition. François la nourrit à la cuillère.

IMG_3746_1 IMG_3751_1

En arrière-plan, le papa et 3 de ses 7 enfants.  Ils dorment tous les 9 dans cette pièce minuscule :

IMG_3747_1

Dans l’école, l’enseignante classe une boîte de dons envoyée par une enseignante canadienne : c’est un scandale, une vraie poubelle, ma boîte de recyclage contient plus de trésors que cette horreur! Je suis vraiment indignée.

IMG_3753_1

Nous aidons ensuite Evans (un des protégés de Renette) à écosser des fèves pour le repas du midi.

IMG_3770_1

14h30 : yes, les nouvelles sont bonnes! Les bagages sont finalement arrivées et le neveu de Renette nous les amène. Nous avons commencé la distribution du riz et des souliers donnés par « Food for the Poor. Un des sacs de riz est totalement impropre à la consommation, plein de bibittes, de cancrelats, pestilentiel, beurk, et les souliers, bien que neufs, ont l’air d’avoir été trempés dans l’huile et leurs semelles sont à moitié décollées. Drôle de don! 

François assiste à la décapitation de notre souper, son air écoeuré fait bien rire la cuisinière, surtout quand l’un des poulets, bien que « mort » depuis 10 minutes, reprend soudainement vie alors que nous venons de l’apporter à la cuisine, saute hors du panier et court partout, sans tête… François suit avec intérêt la suite des opérations.

IMG_3774_1

Poisson à midi, miam!

IMG_3767_1

 En début de l’après-midi, les enfants du village se réunissent à notre école, à l’occasion de notre visite. Ils nous chantent une chanson de bienvenue et nous distribuons des bonbons et des sucettes.

IMG_3782_1

Quelques points saillants de la journée :

 - Distribution de souliers en après-midi : mes 4 sacs étant enfin arrivés, nous pouvons distribuer les souliers que j’ai apportés. Renette doit sévir et surveiller car, malgré les consignes, les gens prennent plus d’une paire de souliers chacun et en remplissent même des sacs! Et mes lunettes de soleil, posées négligemment sur une table, sont subtilisées.

 

IMG_3791_1

 

- Une petite fille restavek vient voir Renette, envoyée par sa patronne car elle a de la fièvre. Renette lui donne du Tylénol. Le soir, on prend des nouvelles, elle va mieux. Elle est revenue le lendemain matin, je lui ai trouvé des souliers. Pauvre cocotte… Renette se propose d'ouvrir une classe d'alphabétisation l'après-midi pour les enfants-esclaves comme elle et pour les plus vieux qui n'ont jamais été à l'école, je lui offre de payer un autre professeur pour ces enfants.  Après tout, je travaille maintenant!

IMG_3781a_1

 - Renette nous fait faire un tour du village à pied. Les rues sont magnifiques, pavées luxueusement grâce à un don des Taïwanais qui sont venus, en plus, les construire. Un peu bizarre quand même de mettre autant d’argent sur les rues alors que les gens meurent de faim autour!

IMG_3784_1

Carte_satellite_roche_a_bateau_1

        La curiosité que nous soulevons sur notre passage est dérangeante, les petits enfants ont peur, certains pleurent quand nous passons près d’eux et des grands s’amusent à les pousser vers nous pour le plaisir de les voir hurler plus fort. Un peu traumatisant. Nous assistons de loin à une guéguerre (combat de coqs).

 - Ewens, le protégé d’un de nos amis ici, passe la journée à aider Renette. Il est très gentil mais j’ai de la peine quand il me demande d’écrire son numéro de téléphone. Qu’est-ce qu’il espère? Que je l’inviterai au Canada?? Il y’a tant de misère partout…

 - Le soir, nous mangeons le poulet, miam! Sauf Jean-René qui est malade : la Turista a frappé!

-      Tard en soirée, Renette accueille un de ses vieux pensionnaires pour lui essayer le costume chic qu'elle lui a apporté.  C'est un costume en prévision de ses funérailles et, devant mon air stupéfait, elle m'explique que l'un des grands chagrins de ces gens très pauvres est de ne pas pouvoir être habillé décemment dans leur cercueil.  Et, comme de fait, le vieux monsieur est heureux comme un roi de se voir habillé en roi et de savoir qu'il sera beau à son enterrement!

IMG_3799_1