En ce temps de réjouissances et d'agapes, je ne peux m'empêcher de penser à ces enfants en Haïti qui n'auront pas de viande sur la table ni de cadeaux sous le sapin.  Par contre, ce sont peut-être eux qui vivront le plus le vrai sens de Noël puisque, à défaut de biens matériels et gastronomiques, ils auront une surabondance de fêtes religieuses, de musique, de célébrations, de rassemblements familiaux et sociaux.  Ils chanteront, même le ventre vide, ils mettront leurs plus beaux atours (gardés précieusement pour les occasions spéciales), ils verront leur maman sourire, ils connaitront le vrai sens du partage car même lorsque les familles ont peu, elles le partagent de bon coeur là-bas.  Bien sûr, mes enfants ne voudraient pas vivre ce genre de Noël mais je me demande qui vivra le plus VRAI Noël et qui sera le plus près du petit Jésus et de Marie et Joseph dans la crèche...

Malheureusement, Noël là-bas aussi passera et la misère reviendra vite remplacer musique et chants.  Les enfants continueront à mourir, les mères à pleurer et le peuple haïtien à souffrir.  Et nos petits gestes nous sembleront bien insignifiants comparé aux besoins immenses de ce pays mais ils sont tellement précieux.  Merci Roxanne pour ces enfants qui apprennent à lire et à écrire grâce à toi, merci Ginette pour cette bataille que tu mènes depuis 25 ans pour l'adoption en Haïti, merci Yolette, Majorie, Gina, Gladys, Dixie, Mirlande, Susan, et toutes les directrices d'orphelinats qui se battent tous les jours pour la survie des enfants, merci Renette pour toutes les belles choses que tu as créées en Haïti et qui changent la vie de bien des gens...  Merci aux mamans qui font le sacrifice ultime de confier leurs enfants en adoption pour leur sauver la vie...